Saison 2021/2022

Sortie de résidence chorégraphique - Report 2020
LE 30 MARS 2022 À 19H

Le mercredi à 19h / Évènement gratuit sur réservation
Durée 40min
À voir dès 10 ans
 
 

© Arnaud Réveillon

 

Performance, voix, chant
Accompagnement vocal
Magali Léger

Composition et dispositif sonore
Benoist Bouvot

Regard extérieur
Ghyslaine Gau

Costume
Thierry Grapotte

Collaboration création lumière
Régie lumière
Julien Bony


Résidence de création
au Colombier
Dans le cadre de sa résidence au Colombier, La Cie Horizom
 
IRIS
Une anatomie de la voix
Direction artistique, lumière, scénographie, performance Séverine Rième
 
 

Sortie de résidence - Étape de création

 

Iris est une poussée du corps dans la langue.
Iris est une forme scénique pour un corps, une voix, une matière plastique, des textes poétiques, des sons.
Iris est un éloge à la poésie des mots et du corps.
Iris est une invitation à la perte de repères, à un abandon mental et sensible.

 
 

Propos / Séverine Rième

 

IRIS est un objet scénique : une forme dense pour une matière plastique, des mots, des sons, une voix, deux voix.
IRIS s'inscrit dans la continuité d'une recherche sur ce qui lie la matière textuelle, sous sa forme orale, en frottement avec le corps en mouvement.
IRIS explore la résonance des langages entre eux en s'appuyant sur le choix de plusieurs textes poétiques articulés et désarticulés dans une composition sonore, rythmique et vocale.
IRIS met en scène un corps fait de matière noire et brillante, imprégné de mots du poète Aimé Césaire, de leurs textures, de leurs sonorités, de leurs saveurs, accompagné d'une voix de chanteuse, qui prolonge la voix de ce corps-matière.
IRIS est une plongée dans l'obscur, au cœur du remuement du noir, une visite aux fantômes et aux ombres qui nous habitent.
IRIS est un espace où fouiller l'entremêlement et la confusion des émotions et des sensations, où gratter des terres inconnues, où le goût des mots, de la langue, jaillit sur la scène où un être informe et dissimulé, à la fois grotesque et futuriste, vêtu de lambeaux d'une matière noire réfléchissante, apparaît, disparaît, surgit de l'ombre, va-et-vient sondant les liens entre la partie invisible de l'homme et la partie invisible de la nature...
Cette figure est accompagnée d'une présence mystérieuse, une voix séduisante et terrifiante, interprétée par une chanteuse aux cordes contrastées.

 

Production Cie Horizom
Résidence de création Théâtre Le Colombeir (Bagnolet-93)
Soutiens Micadanses (Paris) dans le cadre de l'accompagnement spécifique.