Saison 2021/2022

création de texte - Report 2021
DU 15 AU 19 AVRIL 2022

Du vendredi au mardi à 21h / Dimanche à 15h
Durée 1h
Accessible dès 13 ans
 
 

© Paula Waymore

 

Co-mise en scène
Yvette Vigatà

Avec
Maud Fouassier
Tolgay Pèkin

Scénographie et Costumes
Vicenç Calabuig

Création son
Bruno Ronzani

Création Lumière
Xevi Ribas
 

Rencontre
Avec l'auteur

Chaque soir un autre texte de Marc Garcia Coté, Nid, est présenté à 19h (dimanche à 15h)
Tarif préférentiel pour assister aux 2 spectacles
 
En coréalisation avec le Colombier, la Cie Plateforme Moutarde
 
C’ETAIT UN GRAND BATEAU ET J’AI GLISSÉ
Écriture et mise en scène Marc Garcia Coté
 
 

La protagoniste de C’était un grand bateau et j’ai glissé est une femme qui tombe du bateau et qui veut remonter à la surface. Elle veut revenir sur le bateau mais malgré cette phrase lancinante qu’elle répète : “je veux remonter”, son intention semble vide, immobile. Il nous faut alors initier la construction d’un paysage commun ; une femme et un homme explorent un chemin vers l’installation de cet espace.
La pièce représente un imaginaire co-construit entre les deux et ils essaient d’y plonger. Que veut dire “créer ensemble” ? Quelles envies les lient ? Quelles versions se construisent-ils ? Avec la même volonté ? Comment se déploie une narration avec deux points de vue croisés ? Ces questions façonnent les personnages, au-delà de l’histoire d’une femme glissant d’un bateau, les teignant de nuances tantôt convaincantes, tantôt fragiles, parfois d’union et souvent de solitude. La scène devient alors la dernière et ultime possibilité pour eux de construire ensemble.

 

La mise en scène

Avec C’était un grand bateau et j’ai glissé il m’a fallu du temps avant de penser ce texte hors de mon point de vue d’auteur mais en tant que metteur en scène. Quel regard réflexif puis-je poser sur la genèse de mon écrit ? Pourquoi ce texte si énigmatique, si éclaté ? C’est l’histoire d’un naufrage, un naufrage intime. Alors qu'on s’apprêtait à préparer sa mise en scène, on eut comme une révélation : l’ai-je finalement écrit pour construire un projet avec la femme avec laquelle j’étais ? C’était comme si je voulais associer inconsciemment la réussite de notre projet intime, qui était alors balbutiant et fragile, à la création artistique. Mon écrit annonce, au final, un naufrage. Il parle de “sirènes”, donc en un sens de mort et du besoin d’introspection de la protagoniste avant de construire quelque chose de nouveau, soit cette idée de se réconcilier avec elle-même. La pièce traite de la tension opérée entre deux forces d’action : celle de se construire à deux et celle de l’impossibilité de construire ensemble – comme des courants sous- marins luttant l’un contre l’autre tout en essayant de se mêler. C’est dans cette complexité que réside selon moi la force de cette mise en scène et la nécessaire présence de deux comédiens, soit l’idée du double.

 

L'auteur

Je me rends compte que dans toutes mes pièces et textes, la notion de «catastrophe » est souvent traitée en toile de fond. Le contraste inhérent au désastre est pour moi un prétexte à éclairer des enjeux et des tensions en lien avec les complexités de trames de vie et de liens affectifs, à l’ombre de ce que la mort permet de révéler. En parlant à la fois de cruauté mais aussi de tendresse, je traite avant tout d’amour dans son sens large et éphémère. Je recherche le viscéral comme moyen de provoquer la réflexion chez le spectateur, d’où l’idée de désastre à la fois dans la forme et le fond du texte. Son énergie doit être l’expression profonde des ressentis de mes personnages. La dimension symbolique y est primordiale aussi. Dans mes textes précedents ma volonté est de donner la voix à une fille au cœur d’une catastrophe aérienne, à un oiseau aveugle enfermé dans une cage, à un ventre, à un homme blessé par une balle de l’enfance dans les toilettes d’un restaurant etc.

 

Production Plateforme Moutarde
Soutiens et résidences Théâtre Le Colombier (Bagnolet), La Maison du parc Jean-Moulin-Les guilands (Bagnolet), Mains d'Oeuvres (Saint-Ouen)