Saison 2021/2022

DU 15 AU 19 AVRIL 2022 - création de texte

Du vendredi au mardi à 21h / Dimanche à 17h
Durée 1h
Accessible dès 13 ans
 
 

© Paula Waymore

 
 

Avec
Maud Fouassier
Tolgay Pèkin

Co-mise en scène
Yvette Vigatà

Assistante à la mise en scène
Aina Tomàs

Scénographie - Costumes
Vicenç Calabuig

Création son
Bruno Ronzani

Création Lumière
Xevi Ribas

Assistants de production
Aina Tomàs
Aniol Busquets
 
 

Vendredi 15 avril
Rencontre

Avec Marc Garcia Coté
et l'équipe de création
À l'issue de la représentation
 

Découverte d’un auteur

Chaque soir deux textes de Marc Garcia Coté sont présentés :
Nid à 19h (dimanche à 15h)
C’était un grand bateau et j’ai glissé, à 21h (dimanche à 17h)
Tarif préférentiel pour assister aux 2 spectacles
 
En coréalisation avec le Colombier, Mise en Lumière présente
 
C’ETAIT UN GRAND BATEAU ET J’AI GLISSÉ
Écriture et mise en scène Marc Garcia Coté
 
 

Le texte

C’est le monologue d’une jeune femme qui tombe d’un bateau. Elle entame alors une traversée vers le fond de plus en plus mystérieux de la mer. Là-bas, elle aura l'opportunité de parler avec une présence absente ; elle-même lorsqu’elle était beaucoup plus jeune. C’est à ce moment-là que les souvenirs d’un événement tragique survenu dans le passé réapparaissent, et surtout celui de ce qui ressemble à un accident de voiture provoqué par elle et de son état d’ivresse. Tout cela semble être une dernière invitation pour qu’elle puisse se réconcilier avec elle-même. Si elle réussit, elle aura l’opportunité de pouvoir remonter à la surface et essayer de monter sur le bateau qui, pour l'instant, continue sa route sans s’arrêter.
Ce n’est pas un texte réaliste, c’est un texte éclaté fait de bribes de mémoire, de pensées du passé et du présent. C’est un texte qui porte une charge symbolique très forte. Il veut suggérer et il veut aussi opérer comme la pensée opère. Le personnage tire les fils d’ici et de là pour tresser un endroit dans lequel pouvoir tenir car cette pièce est l'histoire d’un naufrage intérieur découlant sur une épopée intime.

 

La mise en scène

La pièce traite de la tension entre deux forces d’action : celle de construire ensemble et celle de l’impossibilité de construire – tels des courants sous-marins qui s’affrontent l’un contre l’autre.
C’est dans cette dualité que réside la nécessité de cette mise en scène et la présence d’une comédienne et d’un comédien. La protagoniste de C’était un grand bateau et j’ai glissé est une femme qui chute dans l’eau et qui cherche à remonter à la surface. Malgré cette phrase qu’elle répète : “je veux remonter”, son intention semble vide.
On a imaginé la construction d’un paysage composé d’une femme et d’un homme explorant un chemin commun. La pièce représente un imaginaire écrit à quatre mains avec deux points de vue croisés. Au-delà de l’histoire d’une femme glissant d’un bateau, la scène devient la dernière possibilité pour eux de construire ensemble. Cette pensée est le point de départ de la mise en scène.

 

Production Mise en Lumière, Cie Akalteké, Nau Ivanow.
Soutiens et résidences Théâtre Le Colombier (Bagnolet), La Maison du parc Jean-Moulin-Les guilands (Bagnolet), Mains d'Oeuvres (Saint-Ouen)