Saison 2020/2021

DU 22 AU 27 MARS 2021 / Création de texte - Première en France

Du lundi au samedi à 19h / Relâche le jeudi
Durée 1h
À voir dès 16 ans
 
 

DR

 

Comédienne
Janaïna Suaudeau

Scénographie
Marcela Donato

Lumières
Anna Turra

Costumes
Daniel Infantini

Musique
Marcelo Pellegrini
 

Rencontre
Avec l'auteur

Chaque soir un autre texte de Marc Garcia Coté, C’était un grand bateau et j’ai glissé, est présenté à 21h
Tarif préférentiel pour assister aux 2 spectacles
 
En coréalisation avec le Colombier, Pitaco Produções présente
 
NID
Écriture Marc Garcia Coté
Traduction Chap Rodríguez Rosell
Mise en scène Bruno Guida
 
 

Un tragique accident d’avion provoque le monologue intérieur d’Alba : un NID de voix qui se rencontrent dans un vrai fuir de la conscience et nous permet de voyager jusqu’à une merveilleuse île d’oiseaux, où Alba va devoir faire face à ses peurs, à elle-même et au tourbillon terrifiant, cruel et tendre à la fois de l’amour. La sombre réalité des rapports humains, « les revenants », le vautour qu’elle soignait à l’hôpital d’oiseaux, l’ornithologue qui insistait pour qu’elle rentre, toute petite et bien coiffée, dans la cage du vautour, les fragilités et les insécurités d’après l’agression de l’oiseau (qu’elle appelle en secret Richard, parce qu’il est moche, et borgne d’un œil, et moche encore) la poussent, vingt ans après, vers une mise en abîme apparemment sans cesse.
Aujourd’hui, elle ne peut plus se taire. Elle l’a fait sans s’en apercevoir pendant des années et des années. Elle va essayer de cacher, de sourire, de ne pas pleurer d’aimer. C’est peut être ça, après tout, l’envie d’aimer, aujourd’hui, qui fait tout exploser.

 

Note d'auteur / Marc Garcia Coté

Le crash d’un avion est le point de départ de l’histoire faite de bribes qu’Alba, notre protagoniste, nous raconte. Quand j’écrivais la voix de cette personne, ce qui m’a étonné le plus c’est cette forme de se raconter elle même, par spasmes. Et j’ai joué alors à tirer ce fil tendu de silence que la page blanche m’offrait de façon généreuse. Je voulais travailler sur le mutisme. Plutôt sur ce passage entre la fin de la mutité et le début de la parole parlée. Ce précis instant dans lequel l’abîme se présente à nous et nous devons construire un pont de voix et de mots inconnus pour la conscience pour arriver ainsi à le traverser sans tomber. Le crash de cet avion mystérieux est la possibilité de tomber, la peur de le faire, et la peur de ne pas le faire. La pensée emballée fuit comme un cheval qui flaire avant personne l’arrivée de la tempête. Et le rêve, nid de vérités uniques, se fait présent et accompagne Alba vers ce nouveau jour qui naît.

 

Propos / Bruno Guida

Nid est arrivé jusqu’à moi par la comédienne Janaína. Depuis notre rencontre dans une école de théâtre à São Paulo, il y a vingt ans, nous n’avons cessé d’accompagner la trajectoire de l’autre au-delà même de nos directions artistiques différentes.
Janaína a reçu le texte original des mains de son auteur catalan Marc Garcia Coté. Imaginant que Nid pouvait constituer le lieu idéal de retrouvailles scéniques, elle attendait avec impatience sa traduction française.

Nid m’a tout de suite impacté. Ce texte fleuve nous précipite dans de puissantes et belles métaphores. De la bouche d’Alba jaillit une sorte de vomi discursif où la ponctuation est suggérée, laissant ainsi apparaitre les différentes émotions qui traversent sa pensée. La diction s’ouvre alors à d’autres dimensions plus intéressantes et stimulantes pour l’interprète.
L’absence de didascalies et d’indications de mise en scène offrent un texte brut qui porte à partager la création de la dramaturgie avec l’auteur. Marc questionne les frontières et points de friction entre beauté et laideur, grotesque et sublime en allant même, il me semble, jusqu’à les remettre en cause.
C’est en partant de cette discussion à la fois esthétique et philosophique que nous nous sommes glissés dans l’essence même d’Alba et dans le monde fantastique et perturbateur que lui a créé Marc Garcia Coté.

 

Production Mise en lumière, Pitaco Produções, Plateforme Moutarde, Dau al Sec